Vous pensiez que le repos ne servait à rien et qu’il suffisait de volonté et d’entrainement pour atteindre vos objectifs ? Pourtant c’est une composante importante à prendre en compte dans un programme de remise en forme. Dans l’article précédent je vous ai décrit les événements les plus stressants de la vie courante à l’aide de l’échelle de Holmes, ainsi que leur influence sur votre fatigue mentale et physique. Aujourd’hui nous allons faire le lien avec l’amélioration de votre corps et de vos performances.

L’influence d’un régime ou du sport sur votre fatigue mentale et physique

Si vous avez déjà fait un entrainement intensif d’au moins deux heures, vous aurez remarqué qu’il génère de la fatigue (physique et/ou mentale, par exemple dans le cadre de la préparation à une compétition) sur plusieurs jours. C’est également le cas pour un régime intensif visant à perdre beaucoup de poids en peu de temps : votre corps subit des privations, il doit aller puiser dans ses réserves pour « survivre », c’est donc un sale moment pour lui (même si la perte de poids a de nombreux avantages). Pendant ces périodes stressantes il faut donc éviter à tout prix d’infliger une dose supplémentaire de pression à votre organisme. Mais la plupart des événements présents dans la liste de Holmes sont justement imprévisibles ! Alors comment faire ?

Agir sur les sources de stress que l’on maitrise

En fait il faut prendre le problème dans l’autre sens : si vous rencontrez plusieurs événements stressants, il faudra adapter votre programme de remise en forme en conséquence. Plus précisément :

Si vous atteignez un score de 150 à 199 sur l’échelle de Holmes : réduisez l’intensité/la fréquence de vos entrainements OU de votre régime alimentaire

Si vous atteignez un score de 200 à 299 : réduisez l’intensité/la fréquence de vos entrainements ET de votre régime alimentaire

Si vous dépassez le score de 300 : Faites une pause ! Arrêtez vos entrainements quelques temps (à moins que vous sentiez que le sport vous fait du bien) et mangez normalement. Reprenez doucement dès que vous sentirez que votre niveau de stress a fortement baissé ou que les événements qui le génèrent sont derrière vous.

Les risques pour votre santé d’un surentrainement

Je viens de vous présenter beaucoup de théorie et de chiffres, pourtant le message le plus important à retenir est qu’il faut rester à l’écoute de votre corps. Si vous lui en demandez trop il vous enverra des signaux indiquant qu’il fatigue. Ne les ignorez pas, quel que soit votre âge.

J’ai fait cette erreur étant plus jeune et je le regrette encore : à 18 ans je pratiquais les arts martiaux plusieurs fois par semaine, je faisais également du beach volleyball et de la course. Pour couronner le tout je passais mes nuits à danser en boite de nuit. Je me sentais particulièrement en forme : j’étais jeune, dynamique, je profitais aussi bien de mes journées que de mes nuits, bref je me sentais invincible. Pourtant j’ai commencé à ressentir des douleurs dans le dos au niveau des lombaires. Au début ça me gênait un peu après le sport, sans plus. Mais elles n’ont fait qu’augmenter, sans que j’en tienne compte et que je change de mode vie. Jusqu’au jour où je me suis réveillé après une soirée particulièrement animée en ne pouvant quasiment plus lever la jambe gauche. Les douleurs dans mon dos avaient également explosé et je marchais courbé comme un vieillard. J’étais passé en quelques heures du statut de jeune sportif à papy souffrant du dos. Verdict : une vilaine hernie discale.

Avec le temps, le travail (musculation et étirements), la physio et les anti-inflammatoires, les symptômes ont heureusement disparu (pas la hernie qui ne se résorbera jamais). Ils reparaissent quand même de temps à autre quand je sollicite trop mon dos. Mais je ne fais plus la même erreur : je sais alors qu’il faut laisser ma colonne vertébrale souffler un peu et prendre du repos. Grâce à cela je peux continuer à m’entrainer souvent et à pratiquer mes sports favoris. Mes genoux et coudes m’envoient également parfois des protestations douloureuses. Si je vois qu’elles ne disparaissent pas en quelques jours je lâche un peu de lest et fais un break.

tired-418902_640

Pourquoi les périodes de repos vont vous aider à progresser

Au final cela fait des années que je ne me suis pas blessé malgré mes entrainements réguliers et mes 37 ans ! Sans compter qu’en laissant votre organisme le temps de récupérer, vous accélérrez l’amélioration de vos performances au lieu d’accumuler de la fatigue qui les réduira. Je vous le dis encore une fois pour être sûr que le message est bien rentré : soyez exigeant avec votre corps, mais ne lui en demandez également pas trop. Si vous ressentez des douleurs persistantes ou que vous traversez une période particulièrement stressante, c’est probablement le bon moment pour faire une pause !

Allez, terminons sur un bon vieux proverbe archi connu mais particulièrement adapté à ce contexte : « qui veut voyager loin ménage sa monture ». Mais ne tombez également pas dans l’extrême inverse : si vous arrêtez tout au moindre moment de fatigue vous n’irez pas loin 😉

Si vous voulez en savoir plus, l’Entrainement 3D pourra vous aider à définir les plages de repos qu’il faut inclure dans votre programme de remise en forme.

A bientôt et prenez soin de vous.

Lionel

Publicités

2 commentaires sur « Comment le repos peut-il vous aider à améliorer votre physique ? 2ème partie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s